Google PlusFacebookFlickrYouTubeTwitter

Un apéro mal digéré par certain

critique_bruno.jpg

On ne peut pas faire constamment l'unanimité ; Pour preuve cette critique acerbe parue dans le dernier numéro des « Cahiers de l'Impro » sur notre spectacle de jeudi dernier. Fans sensibles s'abstenir.

« Après une saison dernière plutôt réussie de la part de la Ligue d'Improvisation d'Aix-en-Provence, les fans attendaient au tournant cette première sortie de la saison 2008/09. Et autant le dire tout de suite : nombreux ont été les déçus.

Clairement, les joueurs se sont assis avec force sur leurs lauriers durant la trêve estivale, et la douleur subie - loin de leur faire corriger leur assise - les a plutôt figés dans une aigreur satisfaite au moment de remonter sur scène.

La première impro est connue pour être souvent décevante. Jeudi dernier, nous avons eu droit à une petite vingtaine de premières impros.

Une Verena en dealeuse de calissons n'arrivant pas à beugler suffisamment fort pour faire fuir ses clients accros ; un Nico en détective adjoint sur une affaire de grain de sable suspect, feignant si bien l'ignorance qu'on se demande si le grain de sable ne vient pas du désert qui lui sert de boite crânienne ; un Séb en doubleur de films pornos syndicaliste, prenant tant de plaisir à feindre la jouissance qu'il ne parait pas exagéré de se dire qu'il aurait dû passer plus de temps à travailler ses personnages qu'à trainer devant la chaine cryptée pendant l'été ; un Fred en bon conseiller de son meilleur pote, lui dictant de quitter sa femme pour la rendre heureuse et oubliant de se recommander à lui-même d'en faire de même avec l'impro... Sans oublier une Magali déposant une merveille de crotte de poulain devant l'audience ; summum de grâce et de distinction de la soirée.

Cinq pantins s'agitant, désarticulés, sur les planches ; un MC n'ayant pas trouvé de chapeau suffisamment large pour cacher sa transparence ; un DJ manipulant les platines avec des moufles ; 1h30 de cuisson à feu tiède ; ni piment ni sel : le plat est inratable.

Le spectateur ne pouvant finalement choisir entre l'indigestion et la fringale, il ira sans doute se rassasier avec un met autrement plus fin, ce dimanche 12 octobre au Pasino. En effet, les Bonimenteurs y feront recette pour une œuvre caritative.

La Lipaix a sans doute déjà réservé ses places. Elle pourra y prendre leçon. Et récolter quelques dons... de talent. 

B .G  »

Publié le Mardi 7 octobre 2008, 15h38